Le blog

J’ai testé le mouvement des terres de TILOS 8 !

Très intéressé à bien des égards par la nouvelle fonctionnalité de TILOS 8, à savoir la réalisation du mouvement des terres et sa planification, j’ai souhaité inaugurer cette fonction sur un véritable chantier afin de voir ce qu’elle valait vraiment.

En terme d’expériences, j’avais réalisé comme beaucoup le traditionnel mouvement des terres sous EXCEL puis, usé par le côté non dynamique du tableur, j’avais décidé d’utiliser Dynaroad sur un de mes chantiers pour me faciliter un peu la tâche.
Quand j’ai appris que TILOS permettait dans sa version 8 de réaliser ce mouvement des terres, j’ai aussitôt rassemblé l’ensemble des données d’un projet que je suis très régulièrement pour les incorporer dans l’outil.

  • Création des types de matériaux :
    J’ai souhaité exploiter le maximum d’information de façon à pousser l’outil dans ses retranchements. J’ai donc créé dans TILOS les types de matériaux suivants : déblai meuble réutilisable, déblai impropre, remblai courant, remblai traité à la chaux et remblai granulaire.
  • L’import des cubatures :
    J’avais la chance d’avoir les tabulations et les dispositions constructives de mon projet en bonne et due forme, au format excel. J’ai donc regroupé celles-ci par zones de déblai et de remblai afin de les importer plus facilement. En quelques clics, j’ai pu intégrer, couche de matériaux par couche de matériaux, ces différentes cubatures.
    Illustration (par mesure de confidentialité, je suis tenu de présenter un exemple factice) :

  • La réalisation de l’épure de Lalanne :
    Les éléments fraîchement importés, j’ai créé une nouvelle cellule appelée « Mass Haul » pour y faire apparaître mes cubatures. J’ai ensuite, dans une cellule de distance, dessiné une épure de Lalanne en faisant la différence entre mes quantités de déblai réutilisable cumulées et mes quantités de remblai cumulées.
    A partir de là, j’étais en mesure d’identifier plus facilement les zones en déficit et ainsi préparer au mieux mon mouvement.
    Illustration :
  • Le mouvement des terres :
    J’ai matérialisé par des trames verticales mes contraintes de passage. En effet, sur ce chantier, j’ai quelques zones infranchissables par la trace, ce qui impose l’usage d’itinéraires routiers, synonymes d’abandon de certains engins de transport et d’augmentation des coûts de transport.
    J’ai ensuite travaillé Zone par Zone en créant mes mouvements au moyen de la souris, de mes origines (déblais, emprunts ou stocks) vers mes destinations (remblais, stocks ou dépôts).
    TILOS m’a apporté une grande souplesse et m’a permis de voir le reste à déplacer assez facilement.
    Des atouts remarquables : liberté dans le positionnement et la couleur des flèches, le choix des annotations ou encore l’ordonnancement des couches de matériaux.
    Illustration :
  • La planification du mouvement des terres :
    Une fois réalisé, il ne me restait plus qu’à le planifier, et là rien de plus simple, il suffit de choisir un ou plusieurs mouvements et de demander à TILOS de créer les tâches associées.
    Les tâches générées, il m’a fallu les ordonnancer. Ne nous trompons pas, TILOS n’optimise pas de lui-même le mouvement des terres, en revanche il vous met tout à disposition pour le concevoir, le travailler, le planifier et le présenter. A ce niveau, TILOS, qui nous a toujours habitué à des présentations de grande qualité, ne s’est une nouvelle fois pas trompé. Le rendu est vraiment remarquable et très personnalisable.
  • Bilan :
    • Parmi les points négatifs, il  pourrait manquer selon moi :
      • la conversion automatique des m3 en T en fonction de la nature des matériaux, mais de source proche c’est dans les tuyaux (courant 2013),
      • l’exploitation des distances de transport pour les ressources, mais de source proche c’est également dans les tuyaux.
    • Parmi les points positifs, j’ai aimé :
      • la facilité avec laquelle il est possible d’importer les données,
      • le côté très intuitif et ludique pour réaliser le mouvement des terres,
      • la liberté d’affichage dans les couleurs (flèches, matériaux, annotations) et le détail des annotations,
      • la facilité avec laquelle il est possible de créer le planning associé,
      • la possibilité d’avoir sur une même vue, le synoptique, le mouvement des terres et le planning chemin de fer.